franchise France franquicia Espana franchise Belgique

Franchise, portail des franchises

Enseigne du mois

http://

Newsletter (s'inscrire)

Votre email :

Annuaire de la franchise

Rechercher une franchise :
- par ordre alphabétique
- par secteur d'activité
- par apport personnel

Prochains salons

Aucun salon prochaînement.

Bilan e-commerce : + 14 % de CA au 1er trimestre 2013

Dernière édition le 18/05/2013

Publication par la FEVAD des derniers résultats sur le e-commerce

A l'occasion d'une conférence de presse le 16 mai dernier, la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) a publié les derniers résultats du e-commerce au 1er trimestre 2013.

Alors que la crise s'enlise, le e-commerce poursuit sur sa lancée en affichant au 1er trimestre 2013 une progression de 5 % du nombre de cyberacheteurs, une hausse de 20 % du nombre de transactions et un montant des ventes en hausse de + 14 %.
Dans le même temps, « le nombre de sites marchands a connu une croissance de + 18 %, avec près de 19 000 sites marchands créés au cours des douze derniers mois, ce qui a permis de franchir la barre des 120 000 sites marchands actifs dans l'hexagone ». Ceci étant, tout n'est pas rose au pays du e-commerce, loin s'en faut ! Le montant du panier moyen a ainsi atteint son plus bas niveau historique en chutant de 4 %. Au total, le montant des ventes sur internet représente 12,1 milliards d'euros au 1er trimestre.


Des cyberacheteurs toujours plus nombreux

Selon le bilan des ventes sur internet au 1er trimestre 2013, publié par la Fevad à partir des résultats de l'enquête trimestrielle menée sur plus de 120 000 sites, le e-commerce continue de recruter de nouveaux cyberacheteurs. « Au cours du 1er trimestre, le nombre de Français qui achètent en ligne a continué d'augmenter de + 5 %. » Ainsi, d'après l'Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, au 1er trimestre 2013, 32,6 millions d'internautes ont effectué des achats sur Internet.Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad, souligne : « avec une progression de 5 % par rapport au premier trimestre 2012, le nombre de cyberacheteurs continue d'augmenter, au même rythme que le nombre d'internautes.
On compte ainsi 1,6 million de cyberacheteurs supplémentaires en un an. Au total, ce sont près de 8 internautes sur 10 (77,3 %) qui ont déjà acheté en ligne.» Si Les profils les plus adeptes de l'achat en ligne sont toujours les CSP+ et les 25-49 ans, la progression enregistrée au 1er trimestre 2013 est particulièrement marquée chez les seniors de + de 65 ans (+ 27 %). Pour Bertrand Krug, Directeur du Département des Mesures d'Efficacité Online de Médiamétrie//NetRatings, « les 50 ans et plus se sont désormais convertis à l'achat en ligne : en 4 ans, leur nombre a progressé 2 fois plus vite que le total des cyberacheteurs. ».


Plus d'achats... mais moins chers

Selon les chiffres de la Fevad, le panier moyen baisse à nouveau de 4 % au 1er trimestre 2013, pour s'afficher à 85 euros, « ce qui constitue le montant le plus bas jamais enregistré par la Fevad ». Sur deux ans, le montant moyen des commandes a chuté de près de 8 %.Un coup dur pour les sites de e-commerce qui voient là les effets de la baisse du pouvoir d'achat se répercuter sur le montant des transactions.
Mais cette baisse est compensée par une fréquence d'achat qui continue d'augmenter. Elle est ainsi passée de 4,8 à 5,5 achats par trimestre et par cyber-acheteur, pour un montant total moyen de 467 euros (427 euros au 1er trimestre 2012). Sur les trois premiers mois de l'année, le nombre de transactions sur internet a ainsi progressé de 20 % par rapport au 1er trimestre 2012. « Au total, le montant des ventes sur internet représente 12,1 milliards d'euros, en hausse de 14 % sur la période. La croissance du nombre de transactions continue d'être tirée par la progression de l'offre et la demande. »


L'habillement plonge, le tourisme progresse

Selon les constatations de l'indice iCE 40 (Indice commerce électronique), destiné à mesurer les ventes des sites leaders du e-commerce, à périmètre constant, la croissance sur un an se tasse. L'indice iCE 40 enregistre en effet une croissance de 2 % sur un an, contre 4 % au trimestre précédent. « Cette évolution est fortement impactée par les résultats du secteur de l'habillement dont les ventes sont en recul de - 7 % par rapport au 1er trimestre 2012. »
Les ventes de produits techniques quant à eux enregistrent une croissance de 2 % sur un an, tandis que le e-tourisme maintient le même rythme de croissance qu'au trimestre précédent, avec une progression de + 4 %. Ce fléchissement de l'indice iCE 40 traduit d'une manière générale que le e-commerce n'échappe plus à la crise. « Cette situation s'inscrit dans un contexte économique particulièrement dégradé accompagné d'un fort recul de la consommation et d'une baisse historique du pouvoir d'achat des ménages » constate la Fevad. Ceci étant, les chiffres de l'iCE 40 sont à moduler puisqu'en effet, les ventes réalisées dans le cadre de la stratégie de développement des places de marché (« market place ») mise en place par certains sites du panel ne sont pas prises en compte dans le calcul de l'iCE 40. Cette nuance est importante car en effet, depuis quelques années, une proportion importante de sites leaders développe des marketplaces, dont les ventes viennent s'ajouter à leur activités en propre.

Sachant qu'au 1er trimestre 2013, près de 2 internautes sur 3 (63,3 %) ont consulté, en moyenne chaque mois, au moins un des sites du Top 15 e-commerce, les chiffres finaux de l'iCE 40 seraient bien loin de refléter la réalité. Pour mieux s'en rendre compte, il suffit de jeter un œil sur le nouvel indice dédié mis en place par la Fevad (iPM). On y découvre que le total des ventes réalisées par les marchands tiers sur les places de marché des principaux sites est loin d'être négligeable. En effet, ce dernier a augmenté de 50 % entre les premiers trimestres 2012 et 2013, représentant désormais 12 % du volume d'affaires total des sites qui opèrent ces marketplaces, contre 8 % il y a un an.


Le m-commerce poursuit sa progression

Selon les derniers chiffres clés du m-commerce en France présentés par CCM Benchmark à l'occasion de la conférence de presse de la Fevad le 16 mai dernier, le m-commerce poursuit sa progression en France. En effet, les sites d'e-commerce ayant optimisé leur présence sur mobile et tablette, la pénétration du m-commerce va grandissant pour représenter au 1er trimestre 2013, 7% du chiffre d'affaires avec une progression de plus de 100 % en 2012. Ceci étant, et comme le souligne CCM Benchmark, « les mobiles et tablettes sont encore peu utilisés pour les achats en ligne. Plus de 9 commandes sur 10 sont effectuées depuis un ordinateur. » La marge de progression reste toutefois importante notamment pour le smartphone.
En effet déjà, selon CCM Benchmark, certains secteurs commencent à tirer les fruits de leurs investissements : « pour l'achat de billets de train ou de vêtements (notamment dans le cadre de ventes privées ou événementielles), l'usage du mobile se développe fortement et peut même représenter plus de 10 % des commandes en ligne chez certains acteurs. » Et pour les tablettes ? Le taux d'équipement étant encore faible (moins de 20 % des foyers français), le poids de cet outil est encore faible en nombre d'achats. De plus, seule une minorité de possesseurs de tablette en ont déjà fait leur équipement principal pour leurs achats en ligne (10 % seulement).
Parmi ceux-ci, les possesseurs d'iPad apparaissent beaucoup plus enclins à l'utiliser pour faire du shopping que les possesseurs d'autres types de tablettes. Ceci tient essentiellement au profil particulier des possesseurs d'iPad mais aussi à la moindre rareté des applications disponibles en ligne. « Pour le moment, moins d'un tiers des sites d'e-commerce interrogés dans l'étude avaient développé une application pour tablette, le plus souvent pour l'iPad. » Une situation qui devrait se décanter rapidement selon CCM Benchmark puisque « la moitié des entreprises interrogées dans l'étude annonce des projets visant à optimiser leur site pour un accès via tablette, et ce quel que soit le système d'exploitation ».

 

Dominique, Easy Franchise©