franchise France franquicia Espana franchise Belgique

Franchise, portail des franchises

Enseigne du mois

https://www.toute-la-franchise.com/franchise-636-hydroparts.html

Newsletter (s'inscrire)

Votre email :

Annuaire de la franchise

Rechercher une franchise :
- par ordre alphabétique
- par secteur d'activité
- par apport personnel

Prochains salons

Aucun salon prochaînement.

Sondage TNS Sofres : les Français et l'argent, vers une consommation recentrée

Dernière édition le 04/08/2012

Repli sur la famille, l'épargne, ...

Dans un climat économique tendu, quel est le rapport que les Français entretiennent avec l'argent ? C'est à cette grande question sociétale que l'observatoire TNS-Sofres/ING Direct a souhaité apporter quelques éléments de réponse qui ne sont pas sans effet sur la consommation.

Le 3 juillet dernier, TNS-Sofres publiait les résultats d'une vaste étude menée pour la banque en ligne ING Direct dans le cadre de l'Observatoire « les Français et l'argent ». Il ressort de ce coup de sonde que les Français en ces temps de crise, privilégient le repli sur la famille et l'équipement de la maison, sans toutefois négliger l'épargne...

Un recentrage autour des proches

Quand les temps sont durs, très logiquement, le retour à l'essentiel s'impose. Mais quel est justement cet essentiel pour les Français ? Sans conteste la famille ! Et oui, sans surprise, l'important dans la vie pour chacun d'entre nous c'est le clan familial. Pour 51 % des Français, selon les résultats du sondage TNS-Sofres/ING Direct, le plus important est de profiter de sa famille et de ses proches. Réussir sa vie de famille est ainsi un leitmotiv pour 43 % des sondés. Cela passe notamment par plus de temps consacré à sa famille (pour 54 % des sondés) mais aussi des projets multiples qui profitent à la famille comme embellir, rénover son intérieur (67 %), compléter, renouveler l'équipement de la maison (60 %), faire des travaux de rénovation ou d'amélioration de son habitat (34 %).
Parmi les autres projets évoqués par les Français interrogés l'on trouve aussi à 17 % acheter une résidence principale, à 5 % acheter une résidence secondaire, et à 43 % acheter une voiture. Plus globalement, le recentrage sur ses proches met les grands projets de mariage / Pacs (13 %), sous les feux la rampe, mais plus encore, l'organisation d'un événement, d'une fête de famille avec 42 % des sondés, loin devant préparer sa succession (17 %), financer les études de ses enfants (17 %), ou avoir des enfants (16 %). Toutes ces priorités sont plus ou moins importantes selon l'âge des répondants. Pour les moins de 25 ans, la priorité va à l'organisation d'un événement (54 %), la recherche d'un poste ou d'une certaine postion professionnelle (59 %), mais aussi mener à bien un projet personnel (54 %), poursuivre ou reprendre ses études (48 %), déménager ou avoir une expérience à l'étranger (46 %).
En terme d'achat, les moins de 25 ans donnent la priorité aux produits de beauté (62 %), aux vêtements de grandes marques (24 %).

Pour les 25 à 34 ans, les priorités sont peu ou prou les mêmes que celles des moins de 25 ans, avec une plus forte proportion du désir d'enfants (57 %), et un plus grand intérêt pour l'embellissement et la rénovation de son intérieur (68 % vs 50 % pour les moins de 25 ans). En terme d'achats pour les 25 à 34 ans, les priorités se rapprochent plus de leurs ainés de 35 à 49 ans notamment en matière d'alimentation pour les grandes occasions (49 % vs 52 %), les vacances et voyages (55 %), la décoration de la maison (54 % vs 59 %). Les 25 à 34 ans achètent prioritairement en promotion ou en soldes (57 %).

Pour les 50 ans à 64 ans, les priorités vont essentiellement en terme de projets vers la préparation de la succession (22 %, 32 % pour les 65 ans et plus), mais aussi l'embellissement de la maison (70 %). En terme d'achats, les dépenses sont prioritairement réalisées pour les vacances (58 %), l'alimentation pour des grandes occasions (56 %), la voiture ou la moto (34 %).

Comme le souligne l'étude TNS-Sofres « le recentrage sur la famille proche ne témoigne toutefois pas d'un véritable repli ». Des projets dénotant une véritable ouverture vers l'extérieur émergent en effet comme s'investir dans la vie associative (30 %), faire un grand voyage (36 %) ou encore mener à bien un projet personnel (apprendre une langue, faire un sport...) à 25 %.

Des projets, deux préoccupations

Les projets listés ci-dessus laissent apparaître une vraie dualité dans le rapport que les Français entretiennent avec l'argent. Et en effet, deux temporalités s'affrontent : l'immédiat d'aujourd'hui et la prévoyance de demain. Dans le même temps, deux finalités s'opposent : d'une part le matériel et d'autre part l'esprit. La consommation s'inscrit dans le quadrant limité du aujourd'hui / matériel, tandis que l'épargne se place dans le demain / matériel.
Dans les quadrants esprit le demain est s'oriente sur des valeurs fortes (éduquer, transmettre, protéger) tandis que l'immédiat s'inscrit dans la création, le développement personnel, la prise de risques, mais aussi le partage, et le rêve. Globalement, l'étude note une forte tension (19 %) entre le consommer aujourd'hui et l'épargner pour demain. Le centrage important sur la famille, soi, ses proches s'inscrit dans une logique de transmission (9 %) ou de préservation (25 %). A la question TNS-Sofres « si vous aviez 20 % d'argent en plus, qu'en feriez-vous ? » les sondés à 66 % disent qu'ils amélioreraient le quotidien, 35 % épargneraient (pour protéger leurs proches 95 %, réaliser leurs projets 90 %, se sentir responsable 84 %).

Femmes vs hommes : des priorités distinctes !

Interrogés sur leurs priorités, les hommes et les femmes n'ont pas tout à fait les mêmes avis. En effet pour les femmes, ce qui compte le plus c'est la famille (84 % vs 78 % pour les hommes), les amis (43 % vs 37 % pour les hommes), le travail et les études (28 % vs 16 % pour les hommes). A l'inverse, pour les hommes la bonne condition physique est une valeur importante (41 % vs 32 % pour les femmes), du coup logiquement, consacrer du temps pour soi, son bien être est une priorité pour les hommes (77 % vs 71 % pour les femmes) tout comme les loisirs (77 % vs 66 % pour les femmes).
Consacrer du temps aux autres est plus une priorité féminine (75 % vs 67 % chez les hommes). Sur le terrain des projets et de l'avenir, les femmes misent plus volontiers sur l'évolution professionnelle (33 % vs 19 % chez les hommes) voire la reconversion professionnelle (19 % vs 11 % pour les hommes), mais aussi sur les projets d'épanouissement personnel (31 % vs 19 % chez les hommes), l'achat d'une maison principale (20 % vs 14 % pour les hommes). Chez les hommes, l'avenir se dessine prioritairement autour de la préparation de leur succession (23 % vs 11 % pour les femmes).

L'argent fait-il le bonheur ? Pour les femmes assurément la réponse est oui. L'argent se conjugue en effet au féminin avec le plaisir (43 % vs 33 % pour les hommes), la liberté (57 % vs 48 % pour les hommes), la sécurité (67 % vs 55 % pour les hommes. Les femmes sont même prêtes à faire certaines tâches par elles-mêmes pour faire des économie (66 % vs 55 % pour les hommes). Et du côté de la consommation ? Les femmes sont plus sur des notions de plaisir tandis que les hommes s'inscrivent plus volontiers dans le pratique. Cette répartition des priorités se traduit directement dans les achats. Pour les femmes les vêtements de prêt-à-porter (74 % vs 53 % pour les hommes), le coiffeur et les soins esthétiques (71 % vs 48 %), la décoration pour la maison (55 % vs 46 % pour les hommes), les produits de beauté (67 % vs 26 % pour les hommes). Chez les hommes, la priorité va vers les produits high tech (44 % vs 27 % pour les femmes), la voiture ou la moto (38 % vs 23 % chez les femmes).
Et s'ils avaient 20 % d'argent en plus, les sondés achèteraient quelque chose dont ils ont toujours rêvé comme un voyage, un bijou (29 % chez les hommes vs 23 % chez les femmes). Et si à l'inverse, le budget devait se réduire de 20 % ? Les femmes rogneraient sur leurs dépenses courantes à 42 % vs 31 % pour les hommes, alors que les hommes seraient plus enclins à réduire ou reporter les dépenses importantes à 50 % vs 44 % pour les femmes.

Parler d'argent, encore tabou ?

Si la majorité des Français interrogés (61 %) veulent plus d'argent, ils ne sont pas tous disposés à parler ouvertement de l'argent qu'ils gagnent. « Dans un contexte de crise, l'argent disponible reste le plus tabou » explique TNS-Sofres. Les sondés considèrent en effet qu'il est facile de parler de ce qu'ils dépenses (86 %), du montant du loyer, des remboursements des prêts immobiliers (79 %), de ce qu'ils dépensent pour les loisirs (70 %) ou encore de ce qu'ils dépensent pour les vacances (70 %). Ils ne sont plus que 36 % à trouver facile de parler du montant de leur épargne et 34 % du montant de leurs placements financiers. Le rôle de la banque et du banquier pour les Français interrogés est compliqué par la crise.
Pour 38 % des personnes interrogées, la banque est un passage obligé quand l'on a des projets, 20 % seulement des personnes interrogées considèrent que la banque est une partenaire, 22 % une solution. En clair, les Français entretiennent une relation distante à la banque : seulement un Français sur 5 la considère comme un partenaire ou une solution. Et du côté des attentes ? 87 % des Français souhaitent plus de clarté sur les tarifs, 75 % réclament plus d'information pour gérer leur argent.

Cette étude a été menée sur un panel de 2 025 individus, âgés de 18 ans et plus représentatifs de la population française. Recueil online sur panel d'internautes TNS, du 29 mars au 2 avril 2012.

Dominique André-Chaigneau, Easy Franchise©